Les anime du printemps 2015 à suivre

Written by on 5 juin 2015

Le printemps touche à sa fin. L’occasion de faire la liste des shows intéressants de la saison et qui ont attiré le regard.

Chaque printemps est une merveille. Chaque printemps est une chance de (re)découvrir la nature. Du côté des anime, c’est aussi une observation qui se confirme. Il n’est jamais évident de se retrouver parmi la nébuleuse de productions. Mais tout comme la multitude d’arbres en fleurs, il y en a toujours qui se démarquent par leur fraîcheur et leur éclat.

Sound! Euphonium – Hibike Euphonium

L’amour du studio Kyoto Animation pour l’effervescence du lycée, dernière période d’amusement avant l’âge adulte, est confirmé avec ce nouvel anime. Sound ! Euphonium, c’est l’histoire de Kumiko, joueuse d’euphonium (instrument de la famille des cuivres) qui intègre le club de musique de son école. Mais on ne vient pas pour s’amuser, surtout avec l’arrivée du nouvel enseignement superviseur, bien déterminé à mener les plus motivés et doués au concours national ! Une situation délicate à gérer, surtout pour Kumiko qui aime cacher sa personnalité et tente de se cacher de Kousaka Reina, la joueuse de trompette.

Avis aux amateurs de musique : cet anime est fait pour vous ! Les amoureux des productions Kyoto Animation (Amagi Brilliant Park, Clannad, Free !, Haruhi Suzumiya) ne seront absolument pas déçus par cet anime qui se veut très réaliste sur l’univers de la musique, les relations et interrogations au sein d’un groupe. A noter que le célèbre fabricant d’instruments Yamaha s’est associé à l’anime pour la promotion. Un gage de qualité.

Disponible sur Crunchyroll – 12 épisodes prévus

 Mon Histoire – Ore Monogatari

C’est l’autre très bonne découverte de cette saison. Basée sur le manga du même nom (disponible chez Kana), Mon Histoire est loin du shojo cliché envahissant nos étagères. Ecrit par Kazune Kawahara, déjà connue pour Koko Debut (Panini), Mon Histoire a pour protagoniste Takeo Gouda, grand gaillard au bon cœur et candide. A côté de son meilleur ami « Suwa », lycéen prince charmant que l’on voit souvent dans les shojos, Takeo-kun fait pâle figure. Oui, sauf que c’est SON histoire. L’anime suit donc la rencontre entre Takeo et Yamato, très jolie jeune fille amoureuse du grand jeune homme. Une relation bien loin de tous les clichés et qui donne de quoi rire à chaque épisode !

Avec Takeo, on ne s’ennuie jamais et le rire est garanti à chaque épisode ! Mon Histoire est définitivement un vent de fraîcheur en ce printemps 2015. Impossible de résister au charme de Takeo et à sa relation avec Yamato. Sans compter la personnalité de Suwa, bien loin d’être aussi « charmant » que son apparence pourrait laisser croire. Porté par le studio Madhouse (Black Lagoon, Boogiepop Phantom, Card Captor Sakura, Master Keaton, No Game no Life), l’anime de Mon Histoire offre 20 minutes de pur bonheur.

Disponible sur Crunchyroll – 24 épisodes prévus

 The Heroic Legend of Arslan

Basé sur le manga illustré par Hiromu Arakawa (FullMeal Alchemist, Silver Spoon), lui-même inspiré par la série de romans de Yoshiki Tanaka, The Heroic Legend of Arslan était très attendu. Plongez dans un pays semblable à la Perse, dirigée d’une main de fer par le Roi Andragoras III, homme d’autorité et belliqueux. En somme, tout le contraire de son fils Arslan, timide, discret, mais plein de convictions et prêt à démontrer à son père qu’il n’est pas aussi incapable qu’il le pense.

Malheureusement, la première bataille d’Arslan, lors de ses 14 ans, tourne au cauchemar. Pour la première fois de son histoire, le royaume de Pars perd la bataille et le Roi est capturé. Protégé par le fidèle Daryn, guerrier aux nombreux exploits, Arslan va devoir se trouver des alliés et reconquérir son royaume, envahi par Lusitania, le pays se présentant comme libre – un doux son pour les esclaves de Pars – mais aux motivations sombres.

Le manga (disponible chez Kurokawa) en étant à ses débuts et le roman n’étant pas traduit en français, il est difficile d’émettre un avis construit sur l’anime. Les premiers épisodes respectent les chapitres parus et, en vertu du succès de l’œuvre originale, l’anime devrait respecter son contenu. L’animation et les décors ne sont cependant pas très époustouflants et la 3D s’insère très mal. En revanche, le doublage et la musique donnent une nouvelle dimension, véritable valeur ajoutée.

A voir sur Wakanim – 25 épisodes prévus

 Seraph of the endOwari no Seraph

«Suite à l’éradication de tous les adultes par un virus, des vampires apparaissent sur Terre pour contrôler les enfants survivants, les considérant comme du bétail. Yuichiro Hyakuya a survécu auprès des autres orphelins en donnant son sang aux vampires, jusqu’à son évasion 4 ans plus tôt. Depuis, il est devenu un membre de la Moon Demon Company, une unité de l’armée japonaise, dans le but de chasser les vampires responsables de la mort de sa famille».

Anime basé sur le manga (à lire chez Kana), Seraph of the End signe le retour des vampires sur le petit écran. Peu ou pas de surprise ici, tant l’œuvre tire des ficelles déjà connues. On pourra toutefois lui donner le mérite de donner une nouvelle interprétation au monde des créatures de la nuit et une belle animation signée Wit Studio, remarqué pour la production du célèbre manga L’Attaque des Titans (chez Pika).

A voir sur Wakanim – 24 épisodes prévus

Si vous voulez aller plus loin

La liste ci-dessus vous paraît incomplète ? Pour les anglophones, je recommande également d’autres animes qui ne sont malheureusement pas disponibles en français et méritent le détour.

Re-kan

Re-kan est une petite surprise. Hibike Amami a un sixième sens qui lui permet d’interagir avec les esprits l’entourant. Toujours prête à leur rendre service, Amami ne fait pas toujours attention à elle. Heureusement, ses nouveaux amis sont là pour veiller sur la jeune fille et l’accompagner dans ses aventures !

Produit par le studio Pierrot (Akatsuki no Yona, Bleach, Naruto), Re-kan est un monde où vie et mort se côtoie au quotidien. La plupart des esprits étant restés sur Terre pour accomplir leurs derniers souhaits, l’anime souligne l’importance de passer du temps avec les êtres qui nous sont chers et de vivre chaque jour comme le dernier. Bien entendu, pas d’esprit réellement maléfique. Chaque épisode apporte son lot de rires et de larmes, mais tout se finit toujours en douceur. On pourra cependant reprocher à l’anime de courts moments de vide.

Disponible sur Crunchyroll US – 13 épisodes prévus

 The Disappearance of Nagato Yuki-chan

Que ce serait-il passé si Kyon avait choisi de rester dans le monde alternatif créé par Nagato-san dans le film The Disappearance of Haruhi Suzumiya (Kyoto Animation) ? La réponse avec cet anime produit par Satelight (Macross, Aquarion, Log Horizon). Si on peut regretter que Kyoto Animation n’ait pas repris la production, les voix originales ont été conservées et le style correspond à cette autre « route » de Kyon. Car dans ce monde, pas d’alien, pas d’esper, pas d’agent temporel, pas de SOS Brigade. Tous les personnages sont bien normaux. Un trait de caractère qui pourrait vite tourner à l’ennui si Haruhi Suzumiya n’arrivait pas au 4ème épisode pour secouer un peu tout ça. Si tout reste bien « normal », le spectateur retrouve néanmoins des similitudes à la série originale. Mais l’anime se concentre avant tout sur la relation Kyon-Nagato.

https://www.youtube.com/watch?v=-WL_MZ4ulDU

Disponible sur Funanimation – 13 épisodes programmés


Reader's opinions

Laisser un commentaire


[There are no radio stations in the database]
// JavaScript pour le player