La notation

Pas de commentaires

zelda_notesVoilà maintenant plus de trois semaines que le dernier Zelda est sorti. Tous les sites, et le publique semblent se mettre d’accord sur le fait que le jeu est un chef-d’œuvre. Cependant, on constate une grosse vague de haters à l’encontre du jeu Nintendo. Comme à l’accoutumer dès qu’un gros titre sort des studios de la firme du plombier. Il en est de même lors des sorties annuelles de Call of Duty et Fifa, dont une large partie des gamers semblent s’être fait le fer de lance quand il s’agit de détester ces jeux. Qu’est-ce qui provoque un tel écart ? Les critères de notations sont-ils adaptés ? Quelle place tient l’objectivité dans l’évaluation d’un titre ? Vous l’avez compris, aujourd’hui, on évoque la notation du jeu vidéo.

Le statut du jeu vidéo

Avant de voir ensemble qu’est-ce qui fait l’essence d’une critique de jeu, il est important de définir qu’est-ce que le jeu vidéo. Est-ce un produit culturel, ou un produit de consommation ? En effet, la question peut sembler saugrenue. Cependant, certaines licences, Comme Call of Duty et Fifa, semblent aller dans le sens du produit de consommation. En nous sortant un jeu tous les ans, dont l’intérêt est basé à 90 % sur le online, et rendant ainsi l’opus précédant complétement obsolète. Il n’y a qu’à se rendre chez les revendeurs spécialisés ou en vide-grenier pour y voir des quantités astronomiques difficilement revendable même à petit prix. Si bien que savoir qu’on joue à un jeu qui sera remplacé l’année suivante, laisse plus de place à la «catégorie» consommation que culturel.

En outre, on dit souvent que la culture est un universelle, qu’elle doit être accessible à tous, surtout à l’heure d’internet. Or, petite anecdote, ce n’est pas le cas du jeu vidéo. L’accessibilité est bien plus limitée qu’on peut le croire. Certaines consoles ne sont pas distribuées dans certains pays. Paradoxalement, les copies pirates sont, dans certains endroits du globe, plus légaux que des officiels. Concrètement, une œuvre vidéoludique ne peut pas être apprécié partout de la même façon.

Noter un  jeu… Mais comment ?

Les simple fait d’attribuer une note soulève déjà un questionnement : pourquoi une note ? Outre le fait que, lorsqu’elles sont bonnes, elles servent souvent d’argument marketing dans la com’ du jeu ; comment sont-elles définies ? Par des critères, me direz-vous. Seulement, tous les jeux n’ont pas les mêmes critères. Vous conviendrez, par exemple, qu’il est absurde de noter un Super Mario sur son scénario.
Quand il s’agit de tester un mixeur, ou une cafetière, ces objets ont des fonctions bien précises et définies à remplir. Or un jeu vidéo fait forcément appel à libre-arbitre influencé par une culture qui nous est propre, par ce qui nous a construits. On peut être objectif sur la réalisation, mais il est difficile, pour ne pas dire impossible de l’être face à la musique, la direction artistique, l’ambiance générale, etc…
De plus, doit-on attendre autant d’un jeu qui a pris 10 ans de développement qu’un jeu de 2 ans ? De même, oit-on être plus sévère avec un jeu vendu 65€ qu’un jeu vendu 30€ à la sortie ? Ensuite, un jeu seul, pris à part, peut être bon. Mais, doit-on le sanctionner si il est l’exact copié-collé de son prédécesseur ?

Les conditions de test

Journaliste jeux vidéo, combien se disent que c’est un métier de rêve ? Jouer toute la journée, ça semble utopiste. Or, il n’en est rien. Les journalistes spécialisés doivent souvent jouer sur leur temps libre, ils ont des contraintes de temps, et des objectifs à atteindre. Sans parler du relationnel avec l’éditeur. Si celui-ci n’est pas content de la note attribuée à son titre, il se peut qu’il réponde avec véhémence. De plus, le cadre est-il toujours prompt à faire un test dans de bonnes conditions ? Nous parlons ici de matériel et mobilier. Sans doute pas toujours… Enfin, revenons sur le temps. Certainement ce avec quoi il est le plus dur de composer quand on doit rendre un test en temps et en heure. Car si celui-ci est publié 3 mois après la sortie du jeu, il est inutile pour le site qui a besoin d’être toujours à la page. Cependant, il est souvent bon de prendre du recul, et ces conditions ne le permettent pas. À titre d’exemple, dans l’histoire du cinéma, plusieurs films ont été malmenés à leurs sorties. Et pourtant, après recul et second visionnage, il est reconnu qu’ils ont été injustement critiqués (Scott Pilgrim par exemple).

play_store_sous-notes_jeux_video_cut

A vos manettes

Tester un jeu ne semble pas être une tâche si simple. Il faut de savoir synthétiser, syntaxer, s’exprimer, avoir une culture du média, une culture générale, des connaissances techniques, etc… En outre, il ne semble pas y avoir de réelle formule universelle de test. Si vous êtes en désaccord avec les critiques et la presse JV, si vous voulez affirmer ce désaccord, hé bien dîtes-le. Faites vos propres tests, écrivez-les, publiez-les ! Le web offre aujourd’hui une pléthore d’outils pour permettre de communiquer avec le monde : blog, site, vidéos, etc… D’ailleurs, pas seulement en jeu vidéo, mais dans tous les domaines (hight-tech, livres, musique, cinéma…). Et qui sait, cela vous ouvrira peut-être quelques opportunités professionnelles ou non. Alors lancez-vous.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmail

Pas encore de commentaires

laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.