Jeu indé de la semaine : Layers of Fear

Written by on 19 novembre 2015

La chronique de Murdoc

Il n’est pas rare dans le monde du jeu indé que les jeux se démarquent par leur ambiance, davantage que par leurs qualités techniques. Layers of Fear est d’une trempe différente, aussi beau à regarder qu’impressionnant par son ambiance torturée. Pourtant, si l’expérience de jeu est une franche réussite, vous ne jouez pas réellement beaucoup. Explications.

Layers_of_Fear_EgamerzD’emblée, Layers of Fear évoque de grands nom du survival horror à la première personne, des mythiques Penumbra et Amnesia au tout récent Silent Hill P.T. (malheureusement annulé même si la démo a fait trembler plus d’un joueur). Ici, vous allez évoluer dans votre grande maison, cherchant de pièce en pièce à en apprendre plus sur le passé angoissant de votre personnage, avant de glisser peu à peu vers les méandres de la folie. Le jeu se veut avant tout extrêmement immersif et en ce sens, il est une parfaite réussite. A mesure que l’on explore la personnalité psychotique de notre (anti) héros, l’environnement se modifie, se détériore et augmente la pression psychologique sur le joueur. Cela va du simple screamer (les portes qui claquent, les apparitions subites), aux suggestions éprouvantes (des pleurs de bébé ou de femme, les peintures qui se transforment).

Non content d’être prenant, Layers of Fear est aussi beau. Très beau. Textures soignées, particulièrement les tableaux, et direction artistique renforcent considérablement l’immersion. Les jeux de lumière sont très efficaces, tant et si bien qu’on n’a jamais l’impression de voir toujours les mêmes salles et d’avoir une vraie progression dans notre Layers_of_Fear_Egamerzpériple.

Il faut néanmoins souligner que le jeu se centre exclusivement sur l’expérience de jeu qu’il propose. Ce faisant, nous joueurs sommes seulement les spectateurs un peu actifs de la déchéance de notre personnage. Il faut bien le dire, à part avancer de pièce en pièce, on ne fait pas grand chose d’autre. Encore une fois, l’intérêt est ailleurs mais cet aspect « spectateur » pourrait déplaire à certains joueurs qui se préfèrent maître de leurs choix.

En résumé :
En terme d’expérience pure, glauque, flippante et rythmée, Layers of Fear fait partie du haut du panier. Mise en scène du tonnerre, ambiance parfois incroyablement flippante, tout y est pour être happé par cette histoire dévorante. Pour apprécier le jeu, il faut cependant accepter de vous laisser porter et aussi bien maîtriser l’anglais car le jeu, pour l’instant seulement disponible en early access, est entièrement en anglais. A vos dicos !

Votre serviteur, Murdoc

Développeur et éditeur : Bloober Team SA

Prix : 12,99 sur Steam

Layers_of_Fear_Egamerz


Reader's opinions

Laisser un commentaire


[There are no radio stations in the database]
// JavaScript pour le player