Jeu indé de la semaine : Firewatch

Written by on 18 février 2016

La chronique de Murdoc

Amateur de jeu d’action à sensations fortes, passez votre chemin. Firewatch est un jeu d’une autre trempe, davantage centré sur son ambiance et sur son aspect narratif. Laissez donc de côté vos envie de gameplay furieux et préparez-vous à une immersion digne d’un bon polar psychologique.

Imaginez. Lassé de votre vie compliquée dans laquelle vous avez l’impression de vous Firewatch_Egamerznoyer, vous partez et recommencez une vie totalement différente. C’est ce qui arrive à notre héros, qui fuit sa vie étouffante et malheureuse pour se reconstruire au find fond du Wisconsin, en tant que surveillant de forêt et des feux qui pourraient s’y déclencher. Isolé, là haut dans votre perchoir, vous n’aurez plus aucune interaction avec le monde extérieur. Votre seul compagne, une radio, qui vous permet de discuter à distance avec votre chef : Delilah. Peu à peu, une complicité va naître entre ces deux âmes en peine. Jusqu’au jour où deux ados sont portées disparues dans le parc et que, sans trop le vouloir, vous découvrez que dans ce cadre idyllique, tout ne tourne pas rond…

Firewatch est un jeu spécial. Ne serait-ce que par son ambiance, qui marie charme splendide de la nature sauvage et des panoramas de rêve à un étrange sentiment d’oppression qui s’installe au fur et à mesure que l’histoire se met en place. Bientôt, les Firewatch_Egamerzimmenses cavernes et la lumière du soir qui s’étend sur la plaine ne vous procureront que des frissons d’appréhension. Vous vous sentirez épié, suivi. Étonnant pour un jeu qui, à priori, semblait plutôt destiné à une expérience d’introspection et de narration charmante (un idylle naissant est toujours mignon n’est-ce pas).

Comme pour souligner cet effort apporté à l’aspect narratif, le gameplay est réduit à son plus simple appareil. Interaction sommaire avec différents éléments (objets, rebords à escalader, etc.), appareil photo qui vous permettra d’immortaliser les splendides paysages ou les éléments importants. Seuls moyens de vous repérer et de ne pas vous perdre, votre carte et votre boussole vous seront précieuses pour parcourir sereinement l’intégralité de la map. Vous aurez à accomplir différentes missions, toutes destinées à faire progresser la trame. Une histoire non linéaire, contée au fil des ellipses et découpée en plusieurs
journées ou moments clés.

Firewatch_EgamerzComment enfin ne pas souligner les superbes graphismes du jeu. Les jeux de lumière et les nuances sont tous très à propos et dans les bons tons, et qui vous garantissent une immersion totale et, il faut bien le dire, presque poétique. La force du jeu tient essentiellement en ce changement progressif de l’ambiance, qui va rendre la nature de plus en plus étouffante et angoissante.

En résumé :
Quelle belle surprise que ce Firewatch ! De plus en plus de jeu indé misent essentiellement sur ce modèle, à savoir un gameplay quasiment restreint au minimum et une narration poussée et riche. Cependant, ce n’est pas parce que la formule se démocratise qu’elle est systématiquement synonyme de réussite. Firewatch réussit son pari, en nous captivant dès les premières minutes dans son histoire extrêmement immersive. Surprenant et prenant. Un vrai coup de coeur.

Date de sortie : 9 février 2016

Développeur : Campo Santo

Éditeur : Panic Inc. & Campo Santo

Plateforme : PC

Prix : 19,99 sur Steam


Reader's opinions

Laisser un commentaire


[There are no radio stations in the database]
// JavaScript pour le player