Jeu indé de la semaine : FEZ

Written by on 11 mars 2015

La chronique de Murdoc

Vous le savez désormais, les semaines de disette où l’actualité du jeu indépendant n’est pas très fournie et plutôt que de vous présenter un jeu que nous n’aimons qu’à moitié, nous préférons fouiller dans les vieilles malles (façon de parler) pour vous parler de jeux que vous auriez pu rater. C’est vrai quoi, on ne peut pas être partout à la fois et il arrive de passer à côté de jeux qui valent le coup. Cette semaine, c’est du sublime FEZ dont je vais vous parler. Sorti en 2012 (à l’époque une exclusivité Xbox Live Arcade), ce petit jeu indé signé du studio québecois Polytron Corporation est un petit bijou autant par le soin apporté à sa direction artistique que par l’efficacité de son gameplay.

Dans la peau (ou plutôt les pixels) de Gomez, petit personnage malingre, vous évoluez dans un monde en 2D pour retrouver des morceaux de cubes dorés et découvrir ce qui se cache derrière la mystérieuse ‘Troisième Dimension ». Élément central du gameplay, il va vous falloir jouer de la perspective pour faire tourner les niveaux ou vous ouvrir de
FEZ_Egamerznouveaux chemins, découvrir des plateformes qui n’étaient pas forcément visibles, déceler des recoins insoupçonnés. Simple comme bonjour puisqu’une simple pression vous suffit à bouleverser les perspectives mais diablement efficace.

Variés et aboutis, les niveaux vous donneront du fil à retordre si vous voulez trouver tous les cubes du jeu. Graphiquement, tous les environnements sont jolis et soignés, alliant intelligemment finesse et couleurs. C’est beau, aussi bien à la vue qu’à l’ouïe puisque la bande son se montre elle aussi à la hauteur. C’est bien simple, dans FEZ, il n’y a rien à jeter. Sauf si bien sûr on n’adhère pas à ce parti-pris graphique et à un univers qui pourrait paraître enfantin. Une suite devait voir le jour, mais elle a été annulée pour d’obscures raisons. Un projet qui pourrai, qui sait, refaire surface.

FEZ_EgamerzEn résumé :
FZA est une merveille, le genre de jeu qui ravit dès les premiers instants. Il respire une saine nostalgie de l’époque 16-bit et s’inspire ouvertement de quelques classiques de la plateforme et de la perspective (Paper Mario par exemple). Il est disponible sur Steam, PSN et XBLA pour des sommes très raisonnables (10 euros en moyenne). Adoptez-le, vous ne le regretterez pas.

Votre serviteur, Murdoc


Reader's opinions

Laisser un commentaire


Continue reading

[There are no radio stations in the database]
// JavaScript pour le player