Les cinq anime de l’année 2015

Pas de commentaires

Vos courses pour les Fêtes de fin d’année sont terminées ? Vous courrez encore dans les magasins à la recherche des derniers cadeaux ? Profitez-en pour faire votre top 5 des anime 2015. Voici le mien.

Encore une année bien remplie qui se termine ! Côté anime, on peut dire qu’une fois de plus, les studios japonais n’ont pas chômé ! Il est même difficile de tout suivre tant les productions sont nombreuses. La rédactrice que je suis n’a pas pu tout regarder et a un très grand retard dans ses visionnages…Mais cela ne m’empêchera pas de vous recommander quelques shows…

5. Rokka no Yuusha

Comme je le disais ici, Rokka no Yuusha est, à mes yeux, l’anime surprise de l’été 2015. Tout commence de façon assez classique : un héros, choisi parmi d’autres, qui se met en mouvement pour sa quête. Scénario presque tiré d’un J-RPG, le spectateur a le plaisir de découvrir la jungle et un décor inspiré des civilisations aztèques et incas. Ajoutez en prime un Seigneur des Ténèbres sur le point de se réveiller et nous voici en terrain connu. C’était sans compter sur le twist des scénaristes.

Dans Rokka no Yuusha, présenté ici, rien ne se passe comme prévu. Dès l’épisode 3, voilà nos héros pris au piège. Et à la recherche du traitre parmi eux. Car il y a un élu de trop : la Déesse n’en choisit que 6 et les voici 7 ! Ambiance pesante en huit clos et retournements de situation en cascade. Rokka no Yuusha a su tirer ses épingles du jeu. Rendez-vous en 2016 pour la suite.

Rokka no Yuusha (Braves of the Six Flowers) – Studio Passione (Rail Wars) – 12 épisodes

4. Maria, Sorcière de gré, Pucelle de force

Un peu de féminisme n’a jamais tué personne. Le personnage de Maria partage quelques traits avec Bayonetta, et pas seulement parce qu’elles sont toutes les deux sorcières. Elles sont également déterminées à faire ce que bon leur semble, et peu importe ce que les autres en pensent. Maria est cependant bien différente de Bayonetta sur bien des points, notamment dans sa relation avec le sexe opposé.

Junketsu no Maria porte les marques de réussite d’un studio Ghibli. L’histoire est très intriguante et surtout, le show marque par sa volonté de mettre au centre une femme brimée par une puissance supérieure (l’Eglise) et qui cherche à démontrer que personne ne peut la retenir. Et que chacun a le droit de choisir sa voie. Un désir mal perçu dans un contexte de guerres du Moyen-Âge, d’Anges tout puissants et de déclin de l’ancien monde (la sorcellerie). Avec Junketsu no Maria, le “sexe faible” a tout intérêt à rentrer dans le rang et l’église (loi divine appliquée par les hommes) peut avoir recours aux pires stratagèmes pour leur faire comprendre.

A l’instar de Rokka no Yuusha, Maria Sorcière de gré, Pucelle de force, a été une très bonne surprise cette année.

Junketsu no Maria (Maria, Sorcière de gré, Pucelle de force) – Production I.G (Ghost in the Shell, Psycho-Pass, xxxHolic) – 12 épisodes. Réalisée par le très bon Goro Taniguchi (Code Geass)

3. Ushio et Tora

Après Parasyte en 2014, voilà un autre best-seller qui arrive sur le petit écran bien des années après le manga. Ushio et Tora est une oeuvre d’un autre temps. Mais dont la recette marche avec force et efficacité. Si vous avez pleuré devant le retour de Sailor Moon Crystal ou encore de Dragon Ball Super, Ushio et Tora ne vous décevra pas. Certes, quelques aspects sont vieillots; ce n’est pas là le point du show. La série va droit à l’essentiel et manie très bien son fil.

Au vu de l’animation, difficile à croire que Voln en est à son premier essai. Et pourtant, tout fonctionne à merveille, à commencer par la voix des personnages. Ushio et Tora est l’un de ces vestiges du shônen des années 90 qui a su résister au temps.

Ushio to Tora (Ushio et Tora) – Production MAPPA (Kids on the slope, Terror in resonance, Garo the Animation) et Voln – en cours.

2. Ore Monogatari

Quand on voit Takeo, on a du mal à imaginer qu’un tel colosse puisse avoir une petite amie si mignonne et si frêle. Et pourtant…Avec Ore Monogatari, tous les codes du shojo partent à la poubelle. Adieu préjugés, bonjour fous rires en cascade !

My Love Story! séduira même les blasés et les non-intéressés du shojo. Takeo n’est pas toujours vif, est maladroit et parfois effrayant, mais on lui pardonne aisément tous ses traits une fois qu’on le connaît plus. La série ne se concentre pas uniquement sur Takeo : c’est tout son univers qui prend vie avec son meilleur ami, sa petite amie et leur cercle d’amis, la famille. Chaque événement est l’occasion de rire, de pleurer…de vivre en fait. Certainement l’anime le plus rafraîchissant de l’année.

Ore Monogatari (Mon Histoire) – Production Madhouse (Death Note, One-punch Man, Parasyte – 24 épisodes

1. Sound! Euphonium

Le studio Kyoto Animation nous a habitués à de la qualité. Avec Sound! Euphonium, pas de dérogation à la règle. Le studio va même plus loin et semble avoir gravi un nouvel échelon de perfection. Après Haruhi Suzumiya et la SOS Brigade, Free! et son club de natation, Kyoukai no Kanata/Hyouka et son club de littérature, voici Sound! Euphonium et le club de musique. Enfin, la fanfare de l’école plutôt. Plongée dans un univers de compétitions où la moindre erreur est fatale…

Pour les habitués des productions de Kyoto Animation, je n’aurai pas besoin de beaucoup d’arguments. Pour les non-initiés, la liste serait trop longue…Quel dilemme ! Ici, le studio reprend des ficelles de recettes prouvées : la jeunesse à la veille du passage à l’âge adulte, des décisions à prendre, le monde qui change…et cette volonté de tracer sa route, d’être et de vouloir à la fois. Le personnage de Kumiko incarne parfaitement les valeurs chères au studio. Quant à l’animation, aux couleurs, à la musique, ils permettent à Sound! Euphonium de se placer à la place numéro 1 des anime 2015.

Hibike Euphonium (Sound! Euphonium) – Production Kyoto Animation (Amagi Brilliant Park, Clannad, Tamago Market) – 13 épisodes

Pour finir, vous pouvez toujours tenter de vous faire une liste à partir de cette animegraphie 2015.

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedinmail

Related Posts

Pas encore de commentaires

laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.